Introduction à Enlightenment

Enlightenment est à la fois un gestionnaire de fenêtres et un environnement graphique pour X-Windows, voire un peu plus .

Bureau

Bureau

Il est l’un des plus vieux gestionnaires de fenêtres. Historiquement basé sur fvwm, il est très en vogue chez les personnes nécessitant un bureau : réactif, joli et peu gourmand en ressources. Il a, bien sûr, énormément évolué depuis qu’il existe (une bonne quinzaine d’années). Il y a cinq ans, il a été décidé de tout réécrire afin d’innover et d’utiliser de nouvelles techniques dans le but de l’améliorer toujours davantage (et c’est peu dire, car des évolutions sont toujours présentes).

Le but d’Enlightenment est d’être un environnement robuste, léger et beau. Il existe plusieurs versions de ce logiciel ; cet article traite de la version DR17. Vous pouvez aussi utiliser la DR16, qui est la version stable d’Enlightenment. Entre ces deux versions, existent un grand nombre de différences tant du côté de l’apparence que du côté de la conception.

Nous allons voir quelles possibilités offre e17, comment l’installer, le configurer et le personnaliser, sans oublier les ressources disponibles et les astuces amusantes. Il sera malheureusement impossible de parler de toutes les fonctionnalités ; nous exposerons donc les principales et les plus stables.

Il faut tout de même rappeler que Enlightenment DR17 est toujours en développement et qu’il peut potentiellement contenir des bugs pouvant jouer sur la stabilité de l’environnement. Mais rassurez-vous, les bugs ne sont pas si nombreux pour une version de développement : le code n’est que très rarement cassé (dans le cas de changement en profondeur), la qualité est à l’ordre du jour et c’est l’un des points forts de ce projet. Le développement est long, mais c’est le prix à payer pour avoir le meilleur produit final.

Installation

À l’heure où je vous parle, il existe des paquets pour la plupart des distributions GNU/Linux. Ces paquets peuvent être trouvés sur http://packages.enlightenment.org/. Ces paquets ne sont pas encore intégrés dans les distributions. Mais ce sont les plus à jour que vous pourrez trouver et sûrement ceux qui sont les plus stables. Nous les utiliserons pour les installations spécifiques aux distributions.

Installation sous Debian

Pour Debian, rien de bien compliqué, il suffit d’ajouter l’une des lignes suivantes à votre sources.list. Choisissez alors la ligne suivant votre version de Debian.

Lenny (Stable, 5.0) deb http://packages.enlightenment.org/debian lenny main extras
Squeeze (Testing, 6.0) deb http://packages.enlightenment.org/debian squeeze main extras
Sid (Unstable) deb http://packages.enlightenment.org/debian sid main extras

Une fois cette ligne ajoutée, il nous faut ajouter la clef du dépôt et mettre à jour le cache local des paquets. Pour cela, exécutons quelques commandes :

$ wget http://packages.enlightenment.org/repo.key
$ sudo apt-key add repo.key
$ aptitude update

Tout ceci fonctionnant à merveille, il ne nous reste plus qu’à installer enlightenment et ses divers modules :

$ aptitude install e17 e17-modules

Votre bureau est maintenant installé et vous pouvez relancer votre GDM ou XDM.

Installation sous Ubuntu

L’installation sous Ubuntu est la même, la différence réside dans la ligne du fichier sources.list. Choisissez-la dans la liste ci-dessous et procédez de la même manière que pour une installation sous Debian pour le reste.

Jaunty Jackalope (9.04) deb http://packages.enlightenment.org/ubuntu jaunty main extras

Enlightenment n’est disponible que pour la version 9.04 (Jackalope) d’Ubuntu. Si vous n’utilisez pas cette version, vous pouvez tout de même essayer avec ce dépôt ; sinon installez à partir des sources (voir plus bas dans cet article).

Installation sous Fedora

Il faudrait des utilisateurs…

Installation depuis les sources

Installation à la main

Tout d’abord, il nous faut télécharger les bibliothèques du cœur d’Enlightenment (listés un peu plus haut).

$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/eina eina
$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/eet eet
$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/evas evas
$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/ecore ecore
$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/efreet efreet
$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/embryo embryo
$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/edje edje
$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/e_dbus e_dbus

Maintenant que vous avez téléchargé les bibliothèques, nous pouvons les installer.

Pour installer chacune de ces bibliothèques, déplacez-vous dans le dossier et exécutez les commandes suivantes. Il est important de noter que la plupart, voire toutes les applications ou bibliothèques du svn, se compile grâce à ces trois commandes magiques.

Vous pouvez changer le répertoire d’installation, qui est par défaut /usr/local, en spécifiant votre chemin dans l’option –prefix du script autogen.sh.

$ ./autogen.sh [--prefix=/mon/chemin/d'installation]
$ make
$ make install (as root)

Une fois toutes ces bibliothèques téléchargées , nous allons pouvoir installer votre future gestionnaire de fenêtres. Pour ce faire, récupérons les sources d’Enlightenment.

$ svn co http://svn.enlightenment.org/svn/e/trunk/e e17

Déplacez-vous dans le dossier e17, et exécutez les mêmes commandes que pour les bibliothèques.

$ ./autogen.sh [--prefix=/mon/chemin/d'installation]
$ make
$ make install (as root)

Et voilà, c’est fini.

Installation à l’aide du script easye17

Ce script a été écrit par Brian ‘morlenxus’ Miculcy. Il s’avère très complet et permet une installation simple et efficace du subversion.

Télécharger le script

Ce script fourmille d’options. Nous vous laissons consulter l’aide pour prendre connaissance de ces diverses capacités. Le svn sera téléchargé ou mis à jour automatiquement et les bibliothèques et applications installées dans /opt/e17.

NOTE: Il est important de souligner que le pkg-config a besoin d’avoir son chemin défini pour /opt, le script réalise un export automatiquement (fonctionne uniquement sous bash). Pour les autres, il est conseillé de définir la variable comme suit :

$ PKG_CONFIG_PATH=/opt/e17/lib/pkgconfig

Afin de lancer du script, vous devez spécifier l’action à effectuer, -i permet de tout installer, et -u permet de mettre à jour seulement les bibliothèques, applications concernées.

$ ./easy_e17.sh -i
$ ./easy_e17.sh -u

L’utilisation de ce script est tellement simple qu’il n’y a rien à rajouter.

Installation des snapshots

Les snapshots des EFL et de Enlightenment sont faits régulièrement et sont des versions dites « stables » de la branches du svn. Elles sont réalisées quand un certain nombre de bogues sont corrigés. Cette étape est appelée l’Asparagus (asperge en français). Pour télécharger, les snapshots rendez-vous sur ce lien Snapshots.

Après téléchargement, la méthode de compilation est traditionnelle. Exécutez donc les commandes suivantes pour chaque snapshot :

$ tar xjf snapshot-x.x.x.tar.bz2 (ou snapshot est le nom, et x.x.x la version)
$ cd snapshot-x.x.x
$ ./configure [--prefix=/chemin/d'installation]
$ make
$ make install

Voilà, c’est prêt.

Comment l’utiliser

Enlightenment est un environnement particulièrement pratique et très fourni en termes de configuration. Il peut dépayser lors des premières utilisations; mais l’essayer, c’est l’adopter (et, au passage, en faire la propagande !  ;).

Eh oui, dans les environnements de bureau « classique » comme Gnome, KDE ou autre, on retrouve souvent un menu à partir duquel on lance les applications, ou règle diverses fonctionnalités. Dans Enlightenment, tout se fait à partir du bureau ou directement dans les applications, autrement dit, via clic gauche/milieu/droite sur les applications et sur le bureau.

Ainsi, par exemple, le clic gauche sur le bureau donnera accès au menu pour lancer des applications, configurer l’environnement de travail, choisir un thème, ou plus généralement un moyen d’hiberner ou d’éteindre l’ordinateur. Le clic milieu laisse un accès rapide aux applications réduites (eh non, il n’y a pas de vilaine barre rassemblant toutes les applications, du moins pas sous sa forme généralement connue, plus d’informations se trouvant dans la partie consacré à Ibar/Ibox). Le clic droit liste toutes les applications favorites afin d’y avoir un accès direct (ce qui évite de chercher où est telle ou telle application).

Enlightenment sachant gérer les bureaux virtuels (« moultes » pseudo écran), il dispose d’un moyen efficace de naviguer entre chacun d’eux. Les utilisateurs ont en général une main sur le clavier, une autre sur la souris. C’est pourquoi le déplacement dans les bureaux virtuels est possible de plusieurs manières. On peut soit directement cliquer sur le pager (visualisateur miniature du contenu des bureaux) , soit se déplacer a grand coups de molette vers le haut et vers le bas, ou encore utiliser ce bon vieux clavier avec la combinaison de touches Alt + Fx ou la non moins célèbre Crtl + Alt + <- ou ->.

Sans oublier notre petit préféré, la combinaison des deux, appuyer sur Alt et emmener la molette vers le haut ou le bas. Ainsi on peut agir même si une application a le focus du clavier.

Les menus contextuels sur les applications sont également enrichis en fonctionnalités. De la sorte, on a accès à la création d’icône pour une application via Eap Editor (plus bas), si l’application doit être disponible sur tous les bureaux (Sticky), déplacement d’applications vers un autre bureau, niveau d’apparence (devant ou derrière toutes applications), style de bordures (normal, énorme, petite, ligne, aucune), mémorisation de toutes ces préférences … ou les classiques accès pour fermer ou tuer une application.

Repasser d’une fenêtre à une autre est très simple grâce à la combinaison Alt-Tab. Une boîte de dialogue apparaît. En continuant à appuyer sur Tab, la souris change de position pour apparaître au-dessus de l’application choisie dans la liste (c’est le winlist). On peut toutefois changer ce comportement dans le menu de configuration dédié à cette fonctionnalité.

Une entrée dans le menu de lancement d’applications peut manquer. Ainsi, avec Enligthenment, il est très facile de lancer une application, simplement avec la combinaison Alt+Echap. Une boîte de dialogue apparaît et il vous suffit d’entrer son nom. Une complétion affiche une liste au-dessus (pour les applications connues) et au-dessous (pour les autres). Il est dès lors possible de naviguer dans ce menu avec les flèches du clavier ou simplement de cliquer sur l’élément de la liste.

D’autres fonctionnalités très pratiques permettent de gagner du temps sur des tâches simples, par exemple le fait de déplacer une fenêtre d’un bureau à un autre. Pour éviter d’avoir à déplacer une application vers un bureau différent et d’ensuite aller à ce bureau, il est possible, via Alt+Clic gauche Alt-Fx ou Alt-Clic gauche Molette (attention, c’est sportif!), de déplacer la fenêtre sélectionnée (ou ayant le focus) dans un bureau et de s’y déplacer également.

Ou encore enrouler une fenêtre en « moletant » (Clic avec la molette) la bordure de fenêtre. Ou aussi (peut être déroutant) lors d’un déplacement de la souris vers le bord de l’écran, Enlightenment passe au bureau suivant selon l’orientation de la souris. Si vous toucher le bord gauche vous vous retrouver sur le bureau virtuel précédent. De même en déplaçant une fenêtre sur votre bureau vous pouvez la faire passer sur le bureau suivant simplement en l’emmenant avec vous.

Plein de petits trucs et astuces de ce genre sont disponibles et permettent de faciliter la vie, de gagner de temps, mais malheureusement il est très difficile de pouvoir s’en passer par la suite.

Par défaut la politique de focus est de le donner à l’application qui se trouve en dessous du pointeur de souris. Attention aux boites de saisie de mot de passe (pinentry ou firefox par exemple) et différentes popup pouvant se lancer dans votre environnement. Il est bien sur possible de changer ce paramètre.

Le paramétrage est l’un des points forts d’Enlightenment. On peut facilement pousser la configuration très loin, depuis le nombre de bureaux virtuels souhaités, jusque la fréquence de rafraîchissement de l’écran en passant par l’économiseur d’écran ou les icônes d’applications.

Et ces effets se font ressentir dès la première utilisation avec une animation écrite en edje (librairie EFL) particulièrement bien faite. Et ensuite via les différentes animations des bordures de fenêtres et des différents menus.

Une fois que votre e17 est installé (voir le chapitre associé à cette partie), il ne reste plus qu’à passer aux choses sérieuses. La première chose à faire est de savoir si vous voulez ou non garder l’écran de démarrage. Si c’est le cas passez directement à la suite sinon voila comment faire pour le désactiver. Vous avez deux possibilités la première est de cocher cette petite case : lorsque l’écran passe. Si vous la rater pas de panique il y a une autre solution dans le panneau de configuration qui sera exposé plus tard.

Voila vous y êtes une gondole est affichée en bas et le beau fond d’écran gris ravis vos yeux ébaillis. La première chose à faire est de cliquer sur le fond gris, un beau menu s’affiche.

Gondole

Gondole

Depuis ce menu vous pouvez tout faire, configuration, lancement d’application, redémarrage d’enlightenment et des actions système comme éteindre votre machine ou la redémarrer ou encore la suspendre ou l’hiberner.

La seconde chose est de poser les yeux sur les gondoles, les gondoles (shelves dans la langue de sheakspeare) contiennent les modules, vous pouvez en ajouter autant que vous voulez et les placer partout sur les bords de l’écran. Il existe plusieurs modules pour l’instant nous ne parlerons que des modules de base, l’iBar qui contient des icônes de lancement d’application, l’horloge très pratique pour les stressés du timing. Le pager histoire de ne pas ce perdre dans ces bureaux virtuels. Et oui comme tout environnement graphique qui ce respecte Enlightenment gère les bureaux virtuels, jusqu’à 144 bureaux (meme si a ce stade, il devient dangereux et plutôt difficile de s’y retrouver, parole de testeur).Commençons par explorer les options des menus.

Les menus

Le menu principal est composé de la manière suivante.

Enlightenment menu

Enlightenment menu

  1. Applications
    1. Ce menu contient le reste des applications disponibles dont enlightenment a connaissance.
  2. Fichiers
    1. Ce menu quant à lui  contient le gestionnaire de fichiers (cette entrée du menu existe si le module est chargé)
  3. Exécuter une Commande
    1. D’içi vous pouvez ouvrir ce que l’on appelle l’« exebuf » de la même manière que vous le faites avec Alt+Esc et ainsi lancer n’importe quelle commande.
  4. Bureaux
    1. Dans cette partie du menu vous pouvez gérer vos bureaux virtuels. Vous déplacez de l’un à l’autre, en ajouter ou en supprimer.
  5. Fenêtres
    1. Cette option affiche le contenu de la « winlist » ainsi vous pouvez visualiser toutes les fenêtres ouvertes dans Enlightenment. Si vous cliquez sur l’un des éléments de la liste le focus lui sera immédiatement attribué et si besoin est e17 changera de bureau. Vous pouvez également nettoyer les fenêtres, Enlightenment les réorganisera et supprimera les fenêtres qui ont un comportement douteux.
  6. Enlightenment
    1. A partir d’içi vous pouvez quitter l’environnement ou le redémarrer.
  7. Configuration
    1. D’içi vous avez accès a toutes les interfaces de configuration. Sélection de thèmes, de fonds d’écran, gestion des modules, …
  8. Système
    1. Enfin ce menu regroupe toutes les actions que vous pouvez faire sur votre système :
      1. Suspendre
      2. Hiberner
      3. Redémarrer
      4. Arrêter

La configuration

  1. Le panneau de Configuration
  2. Fond d’ecran
  3. Thèmes
  4. Modules
  5. Gondoles
  6. Application Menus

Le panneau de Configuration contient toutes les interfaces de configuration d’e17. Il se divise en plusieurs sections.

Dans le menu Apparence vous pourrez modifier tous les éléments qui ont un rapport avec l’affichage d’Enlightenment, couleurs, fond d’écrans, thèmes, Polices de caractères, etc …

L’élément Application vous permet d’ajouter des icones dans vos diverses barres (iBar ou Engage) ainsi que d’ajouter des lanceurs qui serons exécutés au lancement de Enlightenment ou au redémarrage. De cette manière vous pourrez lancer votre client irc préféré au démarrage de votre session pour venir nous voir sur irc. L’action est très simple, un drag and drop de l’icone voulu de la liste globale à la liste de destination.

Dans “Ecrans” vous pourrez configurer tout ce qui concerne, je vous le donne en mille, votre écran. Vous pourrez changer la résolution, la fréquence de rafraichissement, le nombre de bureaux virtuels, le mot de passe de vérouillage de l’écran, L’économiseur d’Ecran etc …

“Keyboard & Mouse” Vous permettera de configurer vos raccourcis clavier et souris d’une manière très simple et intuitive.

L’option “Fenêtres” vous permet de configurer le comportement de vos fenêtres, focus ou encore type de placement sans oublier l’effet de la manipulation de ces dernières.

Dans “Menus” vous pourrez gérer le contenu de votre menu “Favoris” par exemple ou encore du menu application, et même de vos barres (iBar et autre).

Le support des langues étrangères est accessible via l’option “Language” du panneau. Vous pourrez ainsi faire parler votre e17 en 15 langues.

L’élément “Avancé” vous permettera quant à lui de configurer les choses suivantes :

Le comportement des dialogues de configuration, vous pourrez ainsi faire apparaitre vos menus de configuration dans leur version étendue plutôt que basique.

Les performances de e17, du taux de rafraichissement, à la taille des espaces tampons en passant par
le nombre fichiers “edje” a mettre en tampon.

La Winlist, vous pourrez changer sa position ou sa taille ou encore l’activation des animations.
Les options de l’Exebuf (Exécuter une commande), postion, taille ou animation, ou encore les icones a utiliser dans les aperçus par type de fichiers.

Enfin, la dernière option, “Extention” permet d’activer ou de désactiver les modules ains que d’accèder à leurs dialogues de configuration.

Ce panneau de configuration est l’une des forces d’enlightenment, car il est complet et simple.

Personnaliser Enlightenment

Les modules

Les thèmes

Crédits

  • Bertrand ‘Beber’ Jacquin
  • Philippe ‘Puppet_Master’ Caseiro
  • Stéphane ‘rookmoot’ Bauland

Flattr this!