Elementary et la gestion de la taille des widgets.

elementary_scale_finger_sizeElementary est la bibliothèque de widgets graphique (boutons, listes …) officiel de projet Enlightenment. Elle est encore dans un stade de développement intensif mais propose trois possibilités concernant la gestion de la taille des widgets que l’on ne retrouve pas partout ailleurs. Ces trois caractéristiques sont : l’échelle qui permet d’augmenter/réduire tous les widgets suivant un rapport, la possibilité de donner une taille minimale et maximale à un widget directement dans son thème graphique et pour finir la dernière caractéristique est la taille de votre doigt.

L’échelle permet d’augmenter tous les widgets suivant un rapport (0.5 ou 2 par exemple). Ceci permet d’adapter l’affichage à une résolution. Une critique récurrente avec les petits écrans qui possède une grande résolution et que tous est trop petit et illisible, notamment le texte. Augmenter l’échelle avec un rapport x2 permet d’avoir un affichage graphique ( par exemple un bouton ou du texte) deux fois plus grand. On peut ainsi obtenir le même affichage sur une résolution de 800*600 et sur une résolution de 1600*1200.

Spécifier des tailles minimales et maximales dans le thème permet de créer des thèmes où des widgets sont gros ou petit. Bien sur ceci peut être par la suite ajusté par l’utilisateur avec l’échelle. Par exemple si un thème affiche tout deux fois plus petit qu’un autre thème, il suffit d’utiliser une échelle de fois 2 au premier thème pour obtenir un résultat proche du second thème.

La taille du doigt ( Finger size en anglais) est un paramètre très intéressant et, je pense, indispensable pour une utilisation tactile. Il s’agit d’adapter l’interface à la taille du doigt. Par exemple si j’utilise une souris ou un stylet, on peut alors dire que j’utilise un doigt très fin alors que si j’utilise mon doigt alors il sera plus gros. J’aimerais alors avoir dans le premier cas des boutons fin et dans le second des boutons large et haut. Ceci est faisable avec Elementary, le résultat est la possibilité d’utiliser une même application en tactile et en non tactile. Très utile par exemple pour les touchbooks.

Ci-joints un screenshot avec trois configurations :

- la première est une utilisation classique, avec une souris et une résolution standard.

- la seconde est pour une utilisation tactile. La taille minimale des boutons est plus grande car je dois pouvoir cliquer dessus avec mon doigts par contre la taille du texte ne change pas parce qu’il n’entre pas en interaction avec mon doigt.

- la troisième utilise la seconde configuration (tactile donc) avec une échelle de fois trois. Tout est donc plus grand. On peut supposer que j’utilise un petit écran avec une grande résolution.

Un second screenshot montre Enki en configuration « souris » et « tactile ».

souris_vs_tactile

flattr this!

Enki et le geocaching

Enki et le geocachingEnki n’est autre que EPhotoManager renommé. Il était prévue depuis le début de le renommer, c’est chose faite à présent.

Dernièrement j’ai travaillé sur le support du Géocaching dans Enki car c’est quelque chose que je voulais : avoir une carte avec mes photos et les caches. Par la suite j’ajouterait le tracer du GPS mais ce n’est pas pour tout de suite.

Le géocaching est un jeu géré par la société Groundspeak, le but est tout simplement de cacher des boites dans le monde, de les enregistrer sur le site puis ensuite le monde doit les retrouver. La cache de base consiste en une simple boite dont les coordonnées sont données, dans la boite il y a un carnet où les joueurs peuvent laisser un message. Mais il existe d’autres types de cache comme par exemple les caches avec énigme : souvent elles sont situées dans les villes et l’énigme amène le joueur a visiter des monuments où il va devoir prendre des notes (nombre de personnages au dessus d’une porte, date du décès de X ….). Ces notes vont lui permettre de trouver l’emplacement final où la boite se trouve. Certaines caches font parties d’une même série (cache 1, cache 2 …) et permettent par exemple de suivre un trajet de randonnées tout en visitant des vues ou des monuments. A noter que souvent une description d’un évènement ou lieu est liée à la cache ce qui permet en plus de jouer d’apprendre des choses. Vous pouvez aller sur cette page pour visualiser la carte du monde avec toute les caches.

Vous l’avez compris la carte est un point central dans ce jeu, et maintenant elle est disponible sur Enki. Malheureusement il n’est pas possible de communiquer aisement avec le site pour récupérer la liste des caches, c’est pourquoi il faut le faire a la main en utilisant les pockets query. Il s’agit d’un outils accessible seulement avec un compte pro (payant) et qui permet de faire des requêtes comme par exemple récupérer les 500 caches se situant autour de telle coordonnées. On récupère ensuite un fichier .gpx avec les caches, il suffit alors d’importer ce fichier dans Enki.

Je vous ai préparé un petit fichier GPX pour ceux qui voudrait tester. Il suffit de l’importer avec le menu « Geocaching » situé en haut de la fenêtre de l’application.

Comme toujours une vidéo est disponible.

Pour installer Enki voir cette page.

flattr this!

Nouvelles de novembre

Avec un peu de retard (un petit mois…) voici les nouvelles de novembre. Pas de grandes nouveautés mais beaucoup de correction de bugs.

Enlightenment

  • Nettoyage du code
  • Re-écriture de Illume. Il se divise maintenant en plusieurs parties : illume-keyboard est un clavier virtuel, illume-kbd-toggle est un gadget pour activer de déactiver le clavier virtuel, illume-softkey est un panneau permettant de mettre en avant-plan les bordures, illume-indicator est juste un shelf et illume-home est une fenêtre qui affiche le contenu du répertoire personnel
  • ajout du module Eweather qui utilise la bibliothèque libeweather (voir ci-dessous)

Applications

  • Eyelight editor : il s’agit d’un éditeur écrit en elementary permettant de créer une présentation. Il est loin d’être fini mais il est possible de le tester. Quelques améliorations ont été apporté à l’interface en Novembre.
  • Exalt : quelques corrections de bug
  • Editje: le nouveau venu. Il est destiné, à terme, à remplacer edje_editor. Contrairement à ce dernier, il n’est pas conçu comme la version graphique d’un fichier edc. Il permet la création de thèmes suivant une ligne de temps. Il a été écrit par Profusion, comme travail pour Samsung.
  • EPhotoManager est renommé en Enki et la bibliothèque du projet est a présent nommée Enlil.

EFL

  • Amélioration générale des ports *BSD et OpenSolaris
  • Evas: amélioration de evas_map et des moteurs OpenGL
  • Ecore: correction d’un bug dans ecore_con quand un téléchargement s’arrête avant la fin. Sous Windows, amélioration de ecore_exe, ajout de la notification de fichiers et première étape pour le support de ethumb sous Windows (i.e. attendez-vous à Enki sous Windows…)
  • Edje: on peut gérer les smart object externes dans un edc.
  • Elementary: beaucoup de corrections de bugs et d’ajout de fonctions
  • libeweather : bibliothèque qui peut supporter plusieurs sources d’informations de météo. Yahoo et Google pour l’instant
  • elixir: un binding javascript des EFL, utilisé dans les Freebox pour le développement d’applications

Comme toujours, pour les nouvelles relatives à la communauté, vous pouvez aller voir la Planète E (divers blogs relatifs à la communauté) et les Nouvelles, tout ceci en anglais.

flattr this!

EPhoto Manager, une carte et les données IPTC.

La carte dans EPhoto Manager

La carte dans EPhoto Manager

EPhoto Manager est un gestionnaire de photos utilisant les EFL et ayant pour objectifs d’être rapide et beau. Trois nouveautés  sont apparues ces 4 dernières semaines :

  • La première est la possibilité  de visualiser les photos sur une carte lorsqu’elles contiennent des informations sur la géolocalisation (longitude, latitude). Pour cela un widget Elementary permettant la navigation dans une carte OpenStreetMap a été créé. Comme vous pouvez le voir sur cette vidéo les photos sont regroupées en fonction du zoom afin de permettre une navigation facile. Toujours dans le but de remplir cet objectif, il est possible d’afficher les photos d’un album donné au mieux : la vue est centrée et le zoom maximum permettant d’afficher toute les photos est utilisé. A terme il sera possible de déplacer les photos sur la carte afin de corriger ou d’ajouter la position géographique de la photo.
  • La seconde nouveauté est la gestion des données IPTC (International Press Telecommunications Council). Ces données sont normalisées et stockées directement dans le fichier de la photo afin de permettre leur récupération d’un logiciel à l’autre. Cela ressemble beaucoup aux données Exifs mais les données IPTC sont des données modifiables comme le nom d’une photo alors que les données Exifs sont plus statiques comme par exemple la date où la photo a été prise. Par exemple si la description d’une photo est modifiée dans EPhoto Manager, un autre logiciel gérant les données IPTC pourra récupérer cette nouvelle description. Pour le moment il n’est possible de modifier que la description, le nom et les tags d’une photo. Les autres données ne sont accessibles qu’en lecture seule.
  • La dernière nouveauté est la gestion des vidéos. Pour le moment c’est basique, les vidéos sont présentes dans un album et un double clic les ouvre dans un lecteur vidéo (VLC par défaut). Bien entendu il est possible d’associer des tags à une vidéo, voir cette vidéo.

D’autres modifications ont été apportées comme l’amélioration de la fenêtre d’importation, l’affichage du nom de la photo sélectionnée  ou encore quelques corrections de bugs.

Pour installer EPhoto Manager voir cette page.

flattr this!